Etape XXXIV : Arzacq-Arraziguet

Publié le par an amzer

...Dans la pierre laissée
L'humble colimaçon
Est peut-être la clef...

...Par d'habiles maçons
Attachant leurs arcanes
Aux rouelles romanes
Du porche de Pimbo...

...Coquilles sur nos dos
Pour regagner Arzacq

de jean-Luc Aotret (extrait du recueil Via Podiensis)

Les clés du mystère n°118
les maçons avaient coutume au moyen âge de marquer les pierres qu'ils taillaient d'un signe distinctif en guise de signature. Certains de ces compagnons batisseurs se disaient être enfants de maître Jacques personnage mythique mandé par Hiram, l'architecte du temple de salomon, pour tailler notamment les deux colonnes Jakin et Boaz. Quels étaient donc les deux autres personnages desquels se réclamaient les compagnons ?

Les énigmes du pèlerin n°119
Jouxtant la bastide de Pimbo il existe une collégiale romane sur le porche de laquelle l'auteur prétend que les compagnons maçons ont sculpté leurs arcanes. Cette hypotèse repose sans doute sur le fait que la rouelle au même titre que l'hélice du colimaçon rapelle le labyrinthe initiatique déjà évoqué à l'étape VII. A propos, quelles sont les cathédrales françaises qui possèdent encore un labyrinthe de pélerinage sur leur dallage ?

Les découvertes du marcheur n°120
La coquille du colimaçon est constituée de calcaire et d'un autre élément d'origine organique, quel est son nom ?

solutions

 

Publié dans Via Podiensis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

chantal 23/09/2007 10:12

* Hiram Abiff et le Père Soubise* Amiens, Chartres, Bayeux, Guigamp, Saint Quentin* le phosphore